Interview de Sébastien Vivion membre de l’équipe de France de float tube

Bonjour Sébastien, pouvez-vous vous présenter brièvement?

Je m’appelle Sébastien VIVION, j’ai 38 ans et j’habite à Chasseneuil du Poitou dans la Vienne. J’ai commencé la pêche dès mon plus jeune âge. J’ai fait mes premières armes avec  mon père, à la pêche au coup et à la truite.

Ensuite, à l’âge de 14 ans, je me suis consacré activement à la pêche à la carpe dans différents sites de  France mais aussi à l’étranger ( Italie, Espagne, Roumanie et Maroc).

Cela fait maintenant une dizaine d’années que je me suis mis en parallèle à la pêche aux leurres.

Très rapidement en float tube où j’ai trouvé la liberté et la simplicité que je recherchais.  Tout d’abord pour  le plaisir de pêcher.

Puis en 2009, j’ai fait ma première compétition float Tube à Poitiers (le berceau des compétitions float tube) un peu comme tout le monde, pour essayer. Je ne sais pas vraiment comment, mais j’ai accroché de suite pour le format, le dépassement de soi et l’ambiance lors des différentes manches.

Celui m’a permis de rencontrer mon premier partenaire qui est la société AUTAIN Pêche, qui me suit depuis 4 ans et je les  remercie de leur confiance.

Cette année, c’est avec la société SARO Nautic que je suis en partenariat pour le float tube en lui-même.

Comment avez-vous découvert le float-tube?

Comme je l’ai dit dans ma présentation, j’habite à côté de Poitiers qui est le berceau des compétitions Float Tube.

J’ai découvert cette embarcation hors normes et simple d’utilisation lors des premières compétitions organisées par la section Carnassiers de la Brème Poitevine qui est devenue maintenant Poitiers Pêche Sportive. A voir si vous voulez comparer ça à un coup de foudre halieutique…. Lol

Vous faites partis de l’équipe de France 2015 de float tube. Pouvez-vous nous dire comment vous en êtes arrivé là?

Sébastien Vivion équipe France Float Tube

Jolies perches de Sébastien en Float tube

Difficile de répondre, il faudrait plutôt la poser aux sélectionneurs.

Je suis entré dans l’équipe depuis son début. Les résultats rentrent bien sûr en ligne de compte  pour la sélection mais il n’y a pas que ça :  l’état d’esprit, l’image que l’on véhicule, l’adaptabilité à toutes les conditions  et toutes les situations doivent être aussi les maitres mots.

Il n’y a pas de pression, mais nous avons une image à représenter. Je suis fier d’en faire parti mais je suis aussi conscient que la confiance des sélectionneurs, ça se mérite.

Tout d’abord, Il faut juste pêcher pour son plaisir que ce soit en loisir ou compétition et surtout éviter de se prendre la tête. Je ne veux pas que la compétition change ma façon de pêcher et de me comporter au bord de l’eau. Si cela devait l’être, alors je crois que je n’aurais plus rien à faire dans l’équipe de France

Tout le monde a sa chance, et je cèderai volontiers ma place à quelqu’un qui mériterait plus sa place que moi.

Dites-nous ce qui vous plait le plus dans la pêche en float tube?

Pour moi, la pêche en float tube, c’est le moyen le plus économique et le plus adapté pour pêcher une majorité de biotopes. On peut le transporter comme on veut et le mettre à l’eau où bon vous semble ; pas besoin de chercher une mise à l’eau. C’est idéal pour effectuer des journées de pêche ou de très courte sorties (pas besoin de transporter trop de matériel : un float, une canne et quelques leurres suffisent). Il permet de cibler précisément des postes et son atout principal est la discrétion.

Si  vous voulez être libre, essayez le float tube.

Avez-vous un modèle que vous recommanderiez? Si oui pourquoi?

Depuis quelques années, j’utilisais un Fish Cat que j’ai remplacé cette année par le nouveau modèle V2  de chez SARO.

L’année dernière lorsqu’on m’a présenté le projet pour le nouveau modèle, j’ai été tout de suite conquis.

C’est un produit fabriqué entièrement en France et c’est plutôt rare de nos jours.

Il est fabriqué en collaboration avec des pêcheurs qui permet d’avoir un produit adapté à chaque Float tubeur.

Ses qualités sont nombreuses :

Il est réalisé en toile de « Zodiac » pour garantir plus de résistance. Pour le confort, il est équipé d’une assise gonflable et d’un dossier ergonomique. Pour les personnes qui aiment apporter beaucoup de matériel, il dispose de poches amovibles grand format (60 cm * 20cm) et bien d’autres accessoires.

Quel est votre meilleur souvenir en float?

Tous les moments passés sur l’eau sont des bons souvenirs de pêche et de partage.

Chacun de mes souvenirs sont toujours les meilleurs car ils m’ont permis de rencontrer des personnes avec qui j’ai pu partager des moments de pêches inoubliables. Certains sont devenus même depuis, des amis très proches.

A l’inverse, le pire?

Aucun mauvais souvenir, juste des moments difficiles lorsqu’il faut rentrer face au vent sur de grandes étendues comme j’ai pu le rencontrer sur les lacs landais ou au Léman.

Ma morale de ces mauvais moments : commencez la pêche face au vent comme ça en fin de journée, vous pouvez pour aider  du vent pour rentrer. C’est plus agréable et confortable…

Pour vous quelle est la chose dont vous ne pourriez pas vous passer pour une sortie en float?

Pour moi, il n’y en a pas qu’une…

Le premier est  primordial voire vital : c’est le gilet de sauvetage pour garantir sa sécurité.

Tous les ans, il y encore des pêcheurs qui se noient. Ce petit accessoire peut sauver des vies. Ça gâche juste un peu les photos… Lol

Le deuxième est l’écho sondeur. Il permet d’analyser les fonds, et je peux alors adapter mes leurres  et mes techniques de pêche au biotope.

Un petit conseil pour celui ou celle qui voudrait se lancer dans la pêche en float-tube ou se perfectionner?

brochet en float tube Sébastien Vivion

Beau brochet de Sébastien en Float tube

J’encourage tout le monde à essayer le float tube : vous allez gagner en liberté et confort de pêche. Le float est une embarcation sûre qui ne nécessite pas forcément une grande forme physique. Lorsque vous l’aurez essayé,  vous ne pourrez plus vous en passer. Le mien me suit toujours mêmes pendant les vacances familiales !!!!

Pour se perfectionner, il faut, à mon avis, savoir adapter sa pêche et ses techniques et ne pas se cantonner à une méthode ou la poursuite d’un seul type de poissons . Osez vous mettre  difficulté , soyez inventifs, cela vous permettra d’affiner vos techniques. Généralement on apprend beaucoup plus dans les moments difficiles que les confortables.

Quel ennui si la pêche était « un long fleuve tranquille ».

La compétition permet également de progresser au contact des autres compétiteurs. C’est aussi un bon moyen d’échanger, de découvrir des lieux inconnus où l’adaptabilité, la pression de pêche  sont les forces du bon « sportif ».

Enfin, après un échec ou un succès, il faut savoir faire son auto critique, et en tirer toutes les conséquences qui permettent d’avancer.

Un petit mot pour la fin?

J’encourage vraiment tous les pêcheurs à essayer le float tube, vous allez découvrir voire même redécouvrir des spots ou des endroits inaccessibles sous un angle différent.  Le float tube, c’est aussi une certaine liberté de pêche.

Les poissons sont vos compagnons de jeux, alors, libérez-les. La Fontaine disait « petit poisson deviendra grand »…

Et surtout, prenez du plaisir.

Merci au site Float tube.eu pour cette interview.

Un énorme merci à Sébastien pour avoir accepté de répondre à ces quelques questions. Et un grand bravo pour cette mentalité et les valeurs qu’il véhicule. Retrouvez-le sur:

Blog : http://bseb.over-blog.com/

Facebook : https://www.facebook.com/sebastien.vivion.96

 

Interview de Sébastien Vivion membre de l’équipe de France de float tube
5 (100%) 2 votes

Intéressé par ce float tube ?
Découvrez le prix et les délais de livraison. Frais de port GRATUITS